Crème solaire et filtres chimiques : les dangers pour la peau et les océans

Publié le : 17/05/2021 11:46:04
Catégories : Journal et actualités Druide

Crème solaire et filtres chimiques : les dangers pour la peau et les océans

Notre peau a besoin de soleil, mais point trop n’en faut ! Tout abus provoque le vieillissement prématuré de l’épiderme et, dans les cas extrêmes, des cancers de la peau. Un coup de soleil est une brûlure et il est crucial de vous en protéger : en modérant votre exposition, en portant des habits adaptés (dont un chapeau qui abrite le visage et la nuque), ainsi qu’en appliquant une crème solaire lorsque vous êtes à découvert. Cependant, vous ne devez pas choisir votre lotion protectrice au hasard, car toutes ne se valent pas, loin de là.

Quelle est la différence entre filtre solaire et filtre minéral

Il existe deux types de crème solaire : avec filtre chimique ou avec filtre minéral. Aujourd’hui, 27 filtres sont disponibles pour les concepteurs de crèmes solaires : 2 sont minéraux, 25 sont chimiques.

- Le filtre solaire chimique est obtenu par l’utilisation de molécules synthétiques. Il pénètre dans l’épiderme et prend le relais de la peau pour absorber les rayons UV du soleil.

- Le filtre solaire minéral est composé de micromolécules naturelles, issues de minéraux comme le zinc ou le dioxyde de titane (un composé d'oxygène et de titane). Il ne pénètre pas la peau et n’absorbe pas la lumière, mais la diffracte, c’est-à-dire qu’il dévie la propagation des rayons du soleil, comme le ferait un miroir.

Différence entre filtre chimique et filtre minéral

Les dangers pour le corps des filtres chimiques

S’il est indispensable d’appliquer une crème solaire lorsque vous vous exposez, le remède ne doit pas s’avérer plus nocif que le danger.

L’intrusion dans notre organisme

La première différence entre filtre chimique et filtre minéral est que le premier traverse la barrière cutanée, tandis que le second reste en surface pour réfléchir les UV. Il est toujours préférable de ne pas laisser pénétrer de substances étrangères dans votre corps, surtout lorsque celles-ci sont synthétiques.

Les filtres chimiques, notamment l’Octocrylène, qui se dégraderait en Benzophénone dans le temps, pénètrent la peau mais aussi les couches plus profondes de notre organisme. On les retrouve dans le sang, les urines, le placenta et le lait maternel.

Ces substances présentent des risques allergiques, mais aussi photo-allergiques, c’est-à-dire une réaction à la lumière du soleil. La réaction allergique de la photo-allergie engendre rougeurs, démangeaisons, desquamation et, dans les manifestations les plus extrêmes, cloques et boutons comparables à de l’urticaire. Comble du comble, étant donné que les Benzophénones et l’Octocrylène circulent à l’intérieur de notre organisme, des réactions photo-allergiques peuvent apparaître dans les trois jours qui suivent l’exposition au soleil, touchant également des zones cutanées n’ayant pas été soumises aux UV.

D’autres substances, comme le l’Ethylhexyl Methoxicinnamate (EHMC), se retrouvent aussi fréquemment dans le lait maternel et impactent directement le nourrisson.

Sources : http://www.projetfees.fr

Le délai de protection

Contrairement à la protection d’un filtre minéral qui réfléchit instantanément les rayons UV, la protection d’un filtre chimique n’est pas immédiate. Vous devez compter jusqu’à une demi-heure, avant que le produit ne pénètre la peau et soit opérationnel.

Une piètre photo-stabilité

La photo-stabilité d’une crème solaire est sa capacité à conserver de son efficacité lorsqu’elle est exposée au soleil. Pour être considéré comme photo-stable, le produit doit conserver plus de 90 % de son pouvoir protecteur, à la suite de deux heures au contact des UV.

Pour déterminer un classement fiable et équitable entre tous les produits, le test de photo-stabilité est conduit en simulateur. Il consiste à irradier un échantillon durant 2 heures, avec une puissance équivalante à l’exposition sur une plage du sud de la France, lors d’une journée d’été, correspondant ainsi au midi solaire.

Après expérimentation, il apparaît que la grande majorité des filtres chimiques sont considérés comme photos-instables. Parce qu’ils ne vous protègent pas durablement, vous devez éliminer d’office toutes les crèmes solaires contenant les filtres chimiques suivants :

~ Homosalate ;

~ Octocrylène ;

~ Octylméthoxycinnamate ;

~ PEG-25 PABA ;

~ Isoamyl p-méthoxycinnamate ;

~ Octyltriazone ;

~ 4-méthylbenzylidène camphre 3- benzylidène ;

~ Camphre ;

~ Octylsalicylate ;

~ Octyldiméthyl PABA ;

~ Anisotriazine ;

~ Polysilicone-15.

Source : archive.bu.univ-nantes.fr/

Si l’on résume, après l’application d’une crème solaire à base de filtres chimiques, vous devez attendre une demi-heure avant de vous exposer au soleil et cette protection ne passera pas le cap des deux heures.

La présence de perturbateurs endocriniens

Notre système endocrinien régule la sécrétion d'hormones essentielles au métabolisme, à la croissance, au développement, au sommeil et à l'humeur. Un perturbateur endocrinien sème la zizanie au sein de notre organisme, car il peut :

~ mimer une hormone et ainsi provoquer l'effet de cette hormone ;

~ bloquer l'action hormonale en se fixant sur son récepteur ;

~ dérégler la production d'hormones qui devient alors excessive ou, au contraire, insuffisante.

Les conséquences concrètes de la présence de perturbateurs endocriniens dans l’organisme provoquent des déséquilibres et dysfonctionnements sérieux chez les adultes. Ils peuvent être très graves pour les enfants dont la croissance est fortement perturbée. Pour une femme enceinte, l’influence des perturbateurs endocriniens est extrêmement délétère, pour elle, comme pour son fœtus.

Les filtres chimiques des crèmes solaires font partie des contaminants pouvant perturber le système endocrinien. Les Benzophénones, dérivés du Benzylidène, dérivés du PABA, Cinnamates, le Camphre, Homosalate et Avobenzon sont considérés comme les plus délétères des filtres chimiques. Leur influence nocive s’exerce notamment sur les systèmes de reproduction (perturbateurs oestrogéniques et androgéniques), la stérilité masculine, le déclenchement de l’endométriose chez la femme et tous les problèmes de développement de l’enfant.

Les dangers pour la planète

Les filtres chimiques produisent aussi des effets très néfastes sur la planète et notamment sur les mers et océans dont l’écosystème est déjà mis à rude épreuve, à cause d’une pollution d’une ampleur effroyable.

Les crèmes solaires étant souvent utilisées sur les plages par des personnes qui vont ensuite se baigner, elles polluent directement les eaux des mers et océans, mais aussi les lacs et rivières.

Les composants les plus nocifs sont :

~ Ethylhexyl Methoxycinnamate (EHMC, OMC / Octinoxate) ;

~ Benzophénone-3 (BP3, Oxybenzone) ;

~ 4-Methylbenzylidene ;

~ Camphor(4MBC) ;

~ Octocrylène(OC).

Par ailleurs, lorsqu’ils ne sont pas transmis par la baignade dans les eaux naturelles, les filtres chimiques le sont par l’intermédiaire des eaux usées des piscines et des douches.

L’influence des filtres chimiques sur la faune aquatique

Les perturbateurs endocriniens ne touchent pas que les humains, mais bien sûr toute la faune, en l’occurrence la faune aquatique. Les systèmes hormonaux des poissons ont été étudiés et ont montré des dysfonctionnements majeurs qui remettent en question leur reproduction, car ils affectent plus particulièrement la fertilité des animaux.

Les filtres chimiques influencent aussi la formation des vaisseaux sanguins des poissons, menant à des malformations. Par conséquent, des problèmes d’irrigation sanguine, de développement et de troubles cardiaques se multiplient et réduisent l’espérance de vie des animaux.

Les poissons ne sont évidemment pas les seuls touchés, les coquillages, fruits de mer, moules, huîtres, oursins, etc. pâtissent aussi de cette pollution. Celle-ci contamine ensuite toute la chaîne alimentaire, c’est-à-dire les prédateurs, plus gros poissons et mammifères marins.

Pour boucler la boucle, il faut aussi tenir compte de notre consommation de fruits de mer et poissons de mer ou de rivière qui nous amène et nous alimenter avec des animaux dont l’organisme est pollué par ces filtres chimiques.

Le cas à part des coraux

Les coraux sont particulièrement sensibles aux filtres chimiques dont certains, comme l’Oxybenzone, sont mortels. Rappelons que le corail est un animal et que son importance pour l’équilibre des océans est cruciale.

Le corail est implanté dans des zones à faible profondeur, car il a besoin de la lumière du soleil pour que la microalgue qui vit à l’intérieur, la zooxanthelle, puisse bénéficier de la photosynthèse. Cette dernière transforme le CO2 en oxygène, tandis que le corail respire de l'oxygène et expire du CO2. Les déchets de l'algue sont assimilés par le corail comme de la nourriture ; les déchets du corail sont assimilés par l'algue. C’est ainsi que les coraux peuvent subvenir à 80 % de leurs besoins en nourriture en interne, grâce à l'algue. Ils trouvent les 20 % restant dans le plancton qu’ils capturent, grâce à leurs petits tentacules.

Le fait que le corail soit presque autonome lui permet de vivre dans des zones désertiques des fonds marins et ainsi créer des oasis de vie pour les autres animaux marins. Ainsi, tout un écosystème peut se développer. Il fournit un abri aux poissons, mollusques et crustacés, ainsi qu’une zone de reproduction. Les massifs coralliens servent d'abri et de nurseries pour une multitude d'espèces : poissons demoiselles, poissons papillons, échinodermes, crevettes translucides, crabes araignées, poulpes, mérous, etc.

Les filtres chimiques des crèmes solaires détruisent la symbiose entre le corail et ses microalgues internes. Ceci entraîne sa famine qui le fait blanchir avant de mourir. C’est alors toute la faune locale qui est affectée. Le massif corallien étant la seule vie du périmètre, c’est toute la zone qui se désertifie.

Sources : Etude du CNRS

L’effet papillon dû à la disparition du corail

La disparition d’un massif corallien ne se limite pas à un effet esthétique. Les espèces qui les peuplaient sont remplacées par des espèces herbivores qui se nourrissent des algues qui prolifèrent sur le corail mort, ainsi que des poissons qui se régalent du calcaire, comme les poissons perroquets.

Outre la migration des populations de poissons, la disparition du corail engendre l’acidification océanique et l’augmentation des niveaux de CO2 qui résulte de la diminution du pH des océans. L’abondance du phytoplancton se réduit et diminue la calcification de certains organismes marins, dont les coquillages, ce qui entrave leur croissance et fragilise leur coque.

Les conséquences de la mort du corail touchent aussi l’activité humaine et la vie sur certaines îles. De nouvelles lois sont ainsi mises progressivement en place pour interdire l’utilisation de produits solaires contenant certains des filtres chimiques les plus nocifs pour l’environnement. Par exemple, une loi entre en vigueur en 2021 à Hawaï, où la baignade est interdite si les baigneurs utilisent une crème solaire contenant l’un des filtres suivants : Oxybenzone / Benzophenone-3 (BP3), Octinoxate / Ethylhexyl Methoxycinnamate (EHMC) / Octyl Methoxycinnamate (OMC) : “la nouvelle loi interdira au moins 70 % des crèmes solaires actuellement sur le marché”

Qu’elle est l’alternative aux filtres chimiques ?

Comme nous l’avons évoqué en début d’article, il existe l’alternative aux filtres chimiques avec les filtres minéraux comme notre crème solaire Druide BioLove. Ils sont beaucoup moins nombreux et présentent certains avantages : efficaces dès l’application, sain pour notre organisme (quand ils sont sans nanoparticules, ce qui est notre cas), plus respectueux de l’environnement.

Aujourd’hui, seuls deux filtres minéraux sont disponibles sur le marché : l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane. Leur efficience est instantanée, dès l’instant où vous appliquez la crème sur la peau et elle est plus durable.

Par ailleurs, pour vous assurer d’utiliser un produit sans effets secondaires, il est préférable de sélectionner une crème solaire certifié bio. Vous avez ainsi la certitude qu’elle a été conçue :

~ sans matières chimiques, notamment issues de la pétrochimie ;

~ sans perturbateurs endocriniens ;

~ avec des matières premières naturelles ;

~ produite avec une agriculture biologique ;

~ confectionnée à l’aide de procédés respectueux de l’environnement.

Attention aux nanoparticules

Le dernier point qui nécessite toute votre attention lorsque vous achetez une crème solaire (et des cosmétiques en général) est la présence de nanoparticules. Elles sont très utilisées dans les cosmétiques et plus particulièrement dans les produits solaires. Leur usage est si répandu que certains fabricants disposent d’une dérogation permettant de les utiliser, tout en conservant leur certification bio. Vous trouvez néanmoins certaines marques, dont Druide, qui se refusent à cette facilité et ont mis au point des crèmes solaires sans forme nano.

Qu’est-ce qu’une nanoparticule

Un nanomètre vaut un milliardième de mètre. Une nanoparticule mesure donc quelques milliardièmes de mètre, autant dire qu’elle est imperceptible pour l’œil humain. L’inconvénient réside dans sa capacité à pénétrer les couches les plus profondes de notre organisme. Notre peau est notre protection, elle assure son rôle de rempart pour nous isoler de l’extérieur, mais les nanoparticules des cosmétiques passent au travers.

Pourquoi les nanoparticules sont-elles si présentes dans les cosmétiques, notamment les crèmes solaires

Les nanoparticules améliorent la texture et la tenue des cosmétiques, c’est pourquoi elles sont fréquemment présentes dans les produits de maquillage. Par ailleurs, elles absorbent la lumière et peuvent être transformées pour filtrer les UV, ce qui leur vaut leur popularité chez les fabricants de crèmes solaires.

Les nanoparticules présentent-elles un risque pour la santé ?

De nombreuses études sont poursuivies pour estimer le danger pour la santé que représentent les nanoparticules. Ce qui est certain, c’est que leur dimension infinitésimale favorise leur pénétration dans notre organisme, faisant fi de la barrière de la peau, mais aussi des autres tissus. Elles peuvent ainsi perturber notre système sanguin, notre système lymphatique (siège de notre système immunitaire), ainsi que nos organes fonctionnels.

Une fois implantées au plus profond de notre organisme, se pose le problème de leur élimination. Il existe le danger que les nanoparticules s’accumulent, sans pouvoir être excrétées par notre corps. Pour éviter tout risque, il est préférable de ne sélectionner que des crèmes solaires ne contenant pas de nanoparticules.

Crème solaire minérale Druide sans nanoparticules

Si l’utilisation de crème solaire est indispensable pour la protection de votre peau, vous devez sélectionner avec précaution votre produit. Fort heureusement, vous n’avez pas à vous priver de bain de soleil (ni de bain dans l’eau de mer, rivière ou piscine), car il existe des cosmétiques fiables, sans danger pour l’organisme et l’environnement : la crème solaire sans filtres chimiques, avec filtres minéraux, bio et sans nanoparticules.

Ajouter un commentaire