Santé bucco-dentaire : comment bien choisir son dentifrice ?

Publié le : 19/01/2021 14:49:33
Catégories : Journal et actualités Druide

Santé bucco-dentaire : comment bien choisir son dentifrice ?

Avec une multitude de dentifrices sur le marché, tous plus naturels les uns que les autres, à quoi devriez-vous porter attention lorsque vous en choisissez un pour vous et votre famille ? Par où commencer ? Quelles questions se poser ?

• De qui est faite ma bouche ? Qu’est-ce qu’un microbiome buccal ?

• Les produits d’hygiène bucco-dentaire et les produits que j’utilise pour ma bouche ont-ils un impact sur ma santé globale ?

• Que dois-je prendre en considération lorsque je pense à ma santé bucco-dentaire ?

Qu’est-ce que le microbiote buccal ?

Le microbiote buccal est un ensemble de micro-organismes qui servent à protéger votre bouche et par le fait même votre santé générale. Pour garder sa bouche saine, il faut apprendre à en prendre soin. Ces micro-organismes ce situent dans la membrane qui couvre les parois de votre bouche ainsi qu’une partie de vos gencives, aussi appelées la muqueuse buccale. Cette dernière a une incroyable capacité à absorber presque tout ce qui entre en contact avec elle. C’est pourquoi il est important d’utiliser des produits qui aideront à son bon fonctionnement tout en le respectant. Malheureusement, lorsque plusieurs substances chimiques sont consommées (et aussi associées à d’autres ingrédients similaires), elles peuvent traverser la barrière hématoencéphalique et causer de multiples symptômes neurologiques comme des étourdissements, des maux de tête ou des problèmes de mémoire.

Selon le Dr Curatola, Dentiste et Professeur associé à l’Université de New York, auteur et humanitaire reconnu pour ses contributions dans le domaine de la dentisterie esthétique et du bien-être, la bouche est comme un miroir qui reflète la santé de tout le corps. Une maladie buccale chronique de bas niveau crée une inflammation qui peut entraîner des problèmes cardiovasculaires ou même du diabète. Le microbiote buccal contient 20 milliards de micro-organismes dont il faut maintenir son bon équilibre.

Comment savoir si votre microbiote est déséquilibré ?

L’haleine est souvent le premier indicateur d’un microbiome équilibré ou non. Lorsque déséquilibré, le microbiote buccal devient collant, épais, malodorant…

Le Dr Curatola mentionne également les avantages d’un microbiote buccal équilibré : il amène les minéraux (calcium et phosphore) de la salive à la surface du TIG (tube digestif composé de la bouche, de l’œsophage, de l’estomac, de l’intestin grêle, du gros intestin et de l’anus). «Alors que les dents peuvent se reminéraliser et guérir, le microbiote dans la bouche prend l’oxygène moléculaire de l’air et le transporte vers les cellules épithéliales de la gencive». En d’autres termes, une gencive oxygénée réduira l’inflammation de la muqueuse buccale et éloignera les radicaux libres. Par conséquent, la première recommandation à faire est de vous débarrasser de tous les produits chimiques dangereux que vous utilisez au quotidien comme le rince-bouche à base d’alcool, le xylitol, les huiles essentielles non organiques, le dentifrice au fluor…

Quoi manger?

Après avoir fait le ménage de vos produits et choisi les bons pour votre hygiène buccale, penchons-nous sur la nutrition. Bien que délicieux, le sucre et les sucreries sont des aliments qui créent un déséquilibre du microbiote en le randant plus acide. Pour favoriser l’état alcalin neutre du corps, nous recommandons de vous laver les dents avec un bon dentifrice biologique après chaque bouchée sucée ou fruitée. Vous pourrez ainsi contrer le taux élevé d’acidité. Souvenez-vous : sucre = acidité = dents cariées.

Compléments et nutrition

Il y a près de 60 ans, le Dr Weston Price, Dentiste aguerri qui a étudié les Premières Nations inuit au Canada, les Aborigènes en Australie, les Maoris en Nouvelle-Zélande, les tribus péruviennes, amazoniennes ainsi qu’africaines, a découvert des choses étonnantes. Ces personnes avaient très peu – voir aucun – des problèmes bucco-dentaires que nous connaissons aujourd’hui : pas de caries, pas d’inflammation des gencives ou de dents de travers. C’est lorsqu’il a analysé leur alimentation qu’il a réalisé que leur régime était tout à fait différent. Ces peuples consommaient dix fois plus de vitamines A et D ainsi que des vitamines liposolubles, beaucoup plus de graisses saines, comme celles que l’on trouve dans les graisses animales – beurre, saindoux, jaunes d’œufs, huiles de poisson et aliments comme le foie et les autres abats, les œufs de poisson et les crustacés. Dr Price a été le premier à comprendre la relation entre la minéralisation des dents et la vitamine K2 liposoluble. Pour une bouche en bonne santé, prenez exemple sur ces civilisations : profiter (raisonnablement) du soleil quand c’est possible, faites le plein de vitamines D3 et K2 (surtout si vous vivez dans des régions froides), de vitamine C, de vitamine A...

Activité physique et influence sur notre santé buccale

Un fait intéressant mentionné par le Dr Curatola est que la pratique d’exercices comme les entrainements HIIT (exercices d’intervalles à haute intensité) améliorent le flux d’oxygène dans votre corps et donc la respiration des dents. Aussi, vous possédez dans vos dents un liquide qui transporte les nutriments et les minéraux dans votre corps. L’activité physique améliore le flux d’oxygène et de liquide. Bouger vous permet donc de garder une bonne santé corporelle et buccale.

Stress et conséquences

Enfin, regardons comment le stress affecte votre santé bucco-dentaire. En période de grand stress, votre corps réagit. La salive peut se dessécher et avoir a un impact sur votre sommeil ainsi que sur la régénération de vos cellules. Vous remarquerez que certains vont développer de l’apnée du sommeil et d’autres vont grincer des dents ou encore avoir des aphtes. Chose certaine, ce stress a un impact négatif sur votre microbiote buccal. Pour en savoir plus sur l’impact négatif du stress, vous pouvez consulter l’étude (en anglais seulement) réalisée par l’Université de la Floride en décembre 2018 en ligne ici.

Maintenant que nous avons abordé plusieurs points entourant la santé bucco-dentaire, du microbiote buccal et des facteurs auxquels il faut prêter attention comme l’alimentation et les compléments, l’activité physique et le stress, examinons certains des ingrédients les plus nocifs qui se retrouvent dans beaucoup de dentifrices.

  • Fluorure de sodium

Inclus dans la plupart des dentifrices, même dans les naturels, le fluorure de sodium est souvent considéré en dentisterie conventionnelle comme un ingrédient sûr qui aide à reminéraliser l’émail dentaire affaibli et qui peut inverser les premiers signes de détérioration des dents. Comment ? Le fluorure de sodium ajouterait une couche protectrice de six nanomètres d’épaisseur, qui en réalité serait éliminée par une simple mastication. Ce dernier peut aussi être toxique pour les enfants. Les enfants qui boivent de l’eau fluorée et avalent plus de dentifrice que les adultes sont beaucoup plus exposés au fluor et à ses effets négatifs sur la santé. En cas d’excès, le fluor peut s’accumuler dans les os et les tissus, affectant la souplesse des articulations, la thyroïde et le développement du cerveau.

  • Triclosan

Utilisé comme agent antimicrobien, le triclosan a un impact négatif sur les hormones thyroïdiennes et la testostérone. Il perturbe également le cerveau et le système reproductif.

  • Carraghénine

La carraghénine est un ingrédient pro-inflammatoire dont vous ne voulez, ni dans votre alimentation, ni dans votre bouche.

  • Sulfate de Laureth de sodium

Le sulfate de Laureth de sodium est un irritant cutané et un agent tensioactif (utilisé pour son effet moussant et son pouvoir nettoyant). Il irrite la muqueuse buccale et stresse le microbiote buccal.

  • Propylène glycol

C’est un irritant cutané qui est également utilisé dans les liquides de refroidissement des moteurs et les antigels. On ne veut pas de ça dans votre bouche, bien entendu ! Les nanoparticules Le dioxyde de titane pose question lorsqu’il se présente sous la forme de nanoparticules (particule 1000 fois plus petite que le diamètre d’un cheveu) car il est susceptible de passer la barrière de la peau.

Même si de nombreux dentifrices ne contiennent pas de colorants ou autres, ni de parabènes ou de fluorure de sodium, ils peuvent néanmoins contenir des ingrédients OGM ainsi que des produits chimiques nocifs et synthétiques. Pour les éviter, la meilleure chose à faire est de choisir un dentifrice certifié biologique, 100% végétalien, biodégradable, sans nanoparticules, sans gluten, sans OGM, sans sulfate, sans silicone, sans parabène, sans alcool et sans colorant et, idéalement, non testé sur les animaux.

Ajouter un commentaire